Archives de catégorie : eaux souterraines

Film « Jura, le temps d’une montagne » : projections gratuites cet été !

« A partir de maintenant, dites-vous que les secondes n’existent plus, ni les heures, ni les jours, ni les siècles. Imaginez qu’un millénaire est une poussière de seconde, et surtout que la notion d’instant a disparu. »

Le ton est donné. L’Aventure à remonter le temps commence. Elle durera une trentaine de minutes. Trente-sept minutes exactement à la fois intenses, novatrices et surprenantes… dont le propos peut sembler aride à première vue : l’histoire géologique et la formation des paysages du Massif du Jura. Oui, mais la réalisation voulue par le Parc naturel régional du Haut-Jura sublime le côté didactique par un montage époustouflant : si la rigueur scientifique absolue est là, garantie par l’étroite collaboration de trois géologues (Michel Campy, Vincent Bichet et Gaël Comment), la sensibilité des images et du commentaire offre au film la dimension « émotion » d’un grand
spectacle. Le tout servi par un tournage d’une indéniable qualité esthétique, une technique résolument moderniste (vidéo Full HD, utilisation d’un hélicoptère et d’un drone pour les plans larges en HD K4…) et une bande-son puissante et originale (musique, voix off)…

Quatre projections en avant-première auront lieu en France et deux en Suisse durant le mois de juin 2017 en présence de l’équipe de réalisation du film (entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles) :

Ø  Pontarlier le jeudi 8 juin, à 19 et 21h au cinéma l’Olympia

Ø  Oyonnax le mardi 13 juin, à 20h au centre culturel Aragon

Ø  Morez le mardi 20 juin, à 20h, au cinéma Casino

Ø  Moirans-en-Montagne le jeudi 22 juin, à 20h au cinéma François Truffaut

Ø  Neuchâtel le lundi 26 juin

Ø  Delémont le 30 juin

Ainsi que 3 séances de ciné-plein air en août :

Ø  Les Grangettes le samedi 22 juillet

Ø  Champagnole le mercredi 9 août

Ø  Les Rousses le jeudi 10 août

Contact : Parc du Haut-Jura Florian Marguet – chargé de mission tourisme – f.marguet@parc-haut-jura.fr – 03 84 34 12 30
Patricia Louvrier – chargée de communication – p.louvrier@parc-haut-jura.fr – 03 84 34 12 30

Objectif réduction des toxiques : 700 entreprises prioritaires

Le Syndicat Mixte de la Loue, le Syndicat Mixte des Milieux Aquatiques du Haut-Doubs, la Chambre du Commerce et de l’Industrie du Doubs (CCI 25) et avec la participation financière de l’Agence de l’Eau Rhône – Méditerranée – Corse, du Syndicat des Eaux de la Haute-Loue, de la ville de Besançon et de la Fédération de pêche du Doubs, se sont associés pour porter l’opération collective Action Loue, sur les territoires du Haut-Doubs et de la Haute-Loue.

Les principaux objectifs :

  • Connaître, suivre et réduire le flux de pollutions toxiques issues des effluents non domestiques qui sont déversés dans les réseaux d’assainissement.
  • Améliorer le stockage et la collecte des déchets dangereux.
  • Sensibiliser les entreprises aux bonnes pratiques environnementales.

Carte opération toxiques HD HL

 

Dans ce cadre, les animateurs de l’opération effectuent des visites en entreprise afin d’évaluer si les établissements présentent un risque potentiel de pollution pour le milieu naturel ou un risque de dysfonctionnement pour le réseau d’assainissement et/ou la station d’épuration.

L’opération Action Loue valide jusqu’en fin 2018, cible en priorité 700 entreprises, selon leur secteur d’activité et/ou leur zone géographique. Cependant, plus de 1700 entreprises sont concernées par l’opération, dont ces dernières peuvent également bénéficier des avantages proposés par l’opération.

Parmi ces avantages, les établissements peuvent bénéficier d’aides financières de la part de l’Agence de l’Eau Rhône – Méditerranée – Corse (de 30% à 60% selon la problématique et/ou de la taille de l’entreprise). Les 2 syndicats mixtes et la CCI sont donc à disposition des entreprises pour vérifier leur éligibilité et leur apporter un appui nécessaire à la constitution du dossier.

logo-SMMAHD (300x180)   logo Smix Loue  echelon3-1ligne

Logo AERMC_Fond Bleu  SIEHL  FD25  Ville de Besançon

 

Contacts :

Camille Butin (SMIX Loue) au 03.81.57.13.44 ou

Julien Febvay (CCI du Doubs) au 03.81.25.25.68

Les nappes et rivières du Doubs ont atteint un niveau critique en octobre 2016

Dans la mesure où ne sont pas prévues de pluies significatives à brève échéance, un arrêté de restrictions des usages de l’eau de premier niveau, adapté à la saison, est pris à partir du mardi 04 octobre sur l’ensemble du département du Doubs.

Après un début d’année 2016 extrêmement pluvieux, le département a connu un été sec et chaud, entrecoupé de quelques rares épisodes pluvieux. Les précipitations cumulées des mois de juillet et août sont très inférieures aux valeurs normales.

Le mois de septembre a également été déficitaire en précipitations sur la majeure partie du département, à l’exception du Haut-Doubs qui présente un peu d’excédent, suite aux récents orages de fin septembre. Les températures plus chaudes et le bon ensoleillement des trois derniers mois ont aussi contribué à faire chuter rapidement l’indice d’humidité des sols qui n’avait pourtant jamais été aussi élevé fin juin. Et même si les températures se rafraîchissent, la dégradation de la situation hydrologique, qui avait connu un répit après le week-end plus arrosé du 17 et 18 septembre, devrait donc se poursuivre.

vairon

Le département passe donc en alerte cette semaine et un arrêté est pris par le Préfet pour mettre en place des restrictions d’usage. A cette période de l’année, le risque de difficultés d’approvisionnement en eau potable est moindre et l’accent est mis sur la préservation des milieux aquatiques fragilisés. A cette occasion, il est donc rappelé à chacun, citoyens et collectivités, la nécessité de maintenir une grande attention et d’éviter tout gaspillage d’eau, notamment :

• En limitant les prélèvements d’eau pour préserver les écoulements des rivières et l’écosystème qu’elles abritent,
• En évitant les usages non indispensables : fontaines d’agrément, arrosages de stades, de pistes ou de voiries, nettoyages de façades ou de toitures, nettoyage de voiture en dehors des ,stations recyclant l’eau, travaux pouvant être différés…
• En limitant les rejets dans les cours d’eau, qui ont un fort impact compte tenu des faibles débits, et en évitant les vidanges de plans d’eau

Dans la mesure où cela ne présente pas de risque au titre de la santé / sécurité publiques :

• Piscines publiques : en reportant les éventuelles vidanges et remplissage,
• Eau potable : en reportant le lavage des réservoirs. et plus généralement en adoptant un comportement responsable et économe en eau.

Cliquez ici pour télécharger l’arrêté n°25-2016-10-04-003 portant restriction provisoire des usages de l’eau : niveau d’alerte sur l’ensemble du département du Doubs

Recherches au long cours pour la Loue

Chacun se souvient des épisodes de mortalité piscicole dans les eaux de la Loue, qui avaient défrayé la chronique au tout début de la décennie. Un sujet de préoccupation pour les autorités gestionnaires du territoire comme pour les scientifiques, qui depuis longtemps s’intéressent à la qualité des eaux comtoises.

logo actu univCliquer ici pour lire la suite sur le site d’actualités de l’Université de Franche-Comté

Un quart de l’eau prélevée pour l’eau potable est perdu

Les fuites constituent une perte économique pour les services d’eau potable et nuisent à la qualité du service rendu à l’usager : alors que 40 % du territoire du bassin Rhône Méditerranée est affecté par un déséquilibre entre la disponibilité de la ressource en eau et les prélèvements, un quart de l’eau prélevée dans la ressource pour l’alimentation en eau potable est perdue sur les réseaux d’eau à cause des fuites et n’arrive pas jusqu’à l’usager. Ces pertes obligent à prélever des volumes plus importants dans des ressources de plus en plus fragiles.

A titre d’exemple, sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse, 425 millions de m3 sont perdus chaque année sur les réseaux d’eau potable à cause des fuites, soit l’équivalent de 5 fois le volume d’eau potable consommé par an sur le territoire du Grand Lyon.

De nouvelles obligations règlementaires

La réglementation instaure désormais de nouvelles obligations pour tous les services d’eau potable. Les collectivités qui s’inscrivent dans cette perspective conserveront leur taux de redevance de prélèvement. Les autres verront leur redevance doubler…

Les collectivités doivent à présent disposer d’un descriptif détaillé de leurs réseaux d’eau potable, ainsi que d’un plan d’actions de résorption des fuites en cas de rendement insuffisant de leur réseau. Le formulaire de déclaration de la redevance « prélèvement sur la ressource en eau » portant sur l’année d’activité 2013, que recevront les services d’eau potable à partir de fin janvier 2014, prend en compte les éléments de ce nouveau dispositif.

L’agence de l’eau aux côtés des collectivités

Pour gérer durablement le patrimoine réseaux, une connaissance détaillée de celui-ci et des investissements de renouvellement sont indispensables. L’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, qui a fait de la lutte contre les fuites un axe fort de son programme d’action 2013-2018 « Sauvons l’eau ! », propose des aides aux collectivités situées dans les territoires sensibles aux pénuries d’eau  et accompagne le renouvellement des réseaux dans les territoires ruraux. La gestion durable des services bénéficie aussi d’aides jusqu’à 50% pour l’amélioration de la connaissance du patrimoine, la structuration des services ou les études de planification des actions.

A toutes fins utiles, un guide national a été publié par l’Onema en 2013, pour accompagner l’élaboration du descriptif détaillé des réseaux d’eau. Par ailleurs, un guide des bonnes pratiques en matière de résorption des fuites sera aussi disponible au premier semestre 2014.

Source : www.sauvonsleau.fr