Archives de catégorie : haut-doubs

Les nappes et rivières du Doubs ont atteint un niveau critique en octobre 2016

Dans la mesure où ne sont pas prévues de pluies significatives à brève échéance, un arrêté de restrictions des usages de l’eau de premier niveau, adapté à la saison, est pris à partir du mardi 04 octobre sur l’ensemble du département du Doubs.

Après un début d’année 2016 extrêmement pluvieux, le département a connu un été sec et chaud, entrecoupé de quelques rares épisodes pluvieux. Les précipitations cumulées des mois de juillet et août sont très inférieures aux valeurs normales.

Le mois de septembre a également été déficitaire en précipitations sur la majeure partie du département, à l’exception du Haut-Doubs qui présente un peu d’excédent, suite aux récents orages de fin septembre. Les températures plus chaudes et le bon ensoleillement des trois derniers mois ont aussi contribué à faire chuter rapidement l’indice d’humidité des sols qui n’avait pourtant jamais été aussi élevé fin juin. Et même si les températures se rafraîchissent, la dégradation de la situation hydrologique, qui avait connu un répit après le week-end plus arrosé du 17 et 18 septembre, devrait donc se poursuivre.

vairon

Le département passe donc en alerte cette semaine et un arrêté est pris par le Préfet pour mettre en place des restrictions d’usage. A cette période de l’année, le risque de difficultés d’approvisionnement en eau potable est moindre et l’accent est mis sur la préservation des milieux aquatiques fragilisés. A cette occasion, il est donc rappelé à chacun, citoyens et collectivités, la nécessité de maintenir une grande attention et d’éviter tout gaspillage d’eau, notamment :

• En limitant les prélèvements d’eau pour préserver les écoulements des rivières et l’écosystème qu’elles abritent,
• En évitant les usages non indispensables : fontaines d’agrément, arrosages de stades, de pistes ou de voiries, nettoyages de façades ou de toitures, nettoyage de voiture en dehors des ,stations recyclant l’eau, travaux pouvant être différés…
• En limitant les rejets dans les cours d’eau, qui ont un fort impact compte tenu des faibles débits, et en évitant les vidanges de plans d’eau

Dans la mesure où cela ne présente pas de risque au titre de la santé / sécurité publiques :

• Piscines publiques : en reportant les éventuelles vidanges et remplissage,
• Eau potable : en reportant le lavage des réservoirs. et plus généralement en adoptant un comportement responsable et économe en eau.

Cliquez ici pour télécharger l’arrêté n°25-2016-10-04-003 portant restriction provisoire des usages de l’eau : niveau d’alerte sur l’ensemble du département du Doubs

Surveillance de la qualité des eaux : bulletin du 1er semestre 2016 du réseau Quarstic

Depuis plusieurs années, il est observé  une forte dégradation de la qualité des eaux des rivières comtoises.  Cela se traduit notamment par de graves épisodes de mortalité piscicole depuis 2010, principalement sur la rivière de la Loue. Dans ce contexte, le Conseil départemental du Doubs, en coopération avec le Bureau de Recherche Géologique Minière (BRGM), et avec l’appui technique du Syndicat Mixte de la Loue, a décidé de mettre en place un réseau de surveillance de la qualité des eaux de la Loue dénommé « Réseau Quarstic ».

Ce réseau vise une meilleure compréhension des origines et des flux de pollutions responsables des dégradations observées.

Cette surveillance s’articule autour de deux outils : des sondes multi paramètres et des préleveurs automatiques, répartis sur cinq stations. Ces appareils permettent un suivi continu de l’évolution de la qualité des eaux. Ainsi, Il s’agit à terme, d’identifier les types de pollutions auxquels la rivière est confrontée ainsi que leur répartition dans le temps (saison, régularité…)

station mesure
Par la suite, ce programme de surveillance de la qualité des eaux de la Loue sera un moyen d’identifier les activités et les acteurs à l’origine de ces pollutions, puis d’accompagner ces derniers vers une modification de leurs pratiques.

Après réflexion et consultation des acteurs locaux, cinq sites de surveillance ont été sélectionnés :

  • Arçon (Le Doubs)
  • Ouhans (La Loue)
  • Vuillafans (La Loue)
  • Nans Sous Saint Anne (Le Lison)
  • Chenecey-Buillon (La Loue)

Ce projet, financé par le Conseil Départemental du Doubs et l’Agence de l’Eau, a démarré en novembre 2015. Un premier rapport d’analyses devrait voir le jour au cours du dernier trimestre 2016. Les analyses et mesures se poursuivront sur une durée minimale de trois ans.

Fiche de présentation du projet de réseau QUARSTIC

Cliquez ici pour télécharger le bulletin semestriel des résultats
du 01 janvier au 30 juin 2016

Le Dessoubre et le Doubs protégés des pollutions toxiques

Le 8 avril à Damprichard, le Syndicat mixte du Dessoubre, la CCI du Doubs, la communauté de communes du Val de Morteau et l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse ont signé l’opération collective LIMITOX qui cible les entreprises émettrices de métaux situées sur 122 communes du territoire concerné.

On l‘appelle aussi le « pays horloger« . Les 6 sous-bassins situés à la frontière suisse – Cusansin, Dessoubre, Doubs Franco-Suisse, Doubs médian, Haut-Doubs et Loue – sont touchés par des problèmes de pollutions toxiques.Historiquement, ce vaste territoire comporte un tissu industriel constitué de nombreuses petites ou moyennes entreprises de traitement de surface, mécanique, polissage, tribofinition, galvanoplastie, décolletage, laquage… Et les signaux d’alerte sont là !
Les stations d’épuration urbaines de Bonnétage, Charquemont, Damprichard, Epenoy, Les Combes, Maîche, Morteau et Passonfontaine ont présenté ces dernières années des non-conformités vis-à-vis de leur concentration en métaux. Certaines ont même renoncé à valoriser leurs boues de stations par l’épandage.
Au niveau du suivi de la qualité des rivières, on note une problématique « métaux » prégnante en aval de Morteau sur le Doubs franco-suisse et également sur le Dessoubre aval.
Les entreprises émettrices de métaux sont ainsi les cibles prioritaires de cette opération collective, destinée à les aider à mieux maîtriser leurs rejets d’effluents.Le contrat LIMITOX poursuit plusieurs objectifs :

  • connaître, suivre et réduire le flux de pollutions toxiques issues des effluents non domestiques qui sont déversés dans les réseaux d’assainissement
  • améliorer la collecte des déchets dangereux
  • sensibiliser les entreprises aux bonnes pratiques environnementales afin de prévenir et gérer les pollutions accidentelles

Pour cela, le Syndicat visite les entreprises afin d’évaluer si elles présentent un risque potentiel de pollution pour le milieu naturel ou un risque de dysfonctionnement pour le réseau d’assainissement et/ou la station d’épuration.

Près de 2000 entreprises sont concernées et l’objectif de l’opération est de visiter et d’accompagner 200 entreprises en 3 ans. Les entreprises liées au travail des métaux, le secteur agroalimentaire (fromageries, salaisons…), ou encore la filière bois (scieries, menuiseries, fabricants de meuble…) seront contactées en priorité.

Les établissements pourront bénéficier d’aides financières de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse pour la mise en conformité des installations. Au total, l’agence de l’eau s’engage à hauteur de 2,25 M€ jusqu’à fin 2018. Le Syndicat, ainsi que la CCI du Doubs, aideront les entreprises à constituer un dossier de demande d’aide.

Villeneuve d’Amont à l’écoute pour préserver sa tourbière

Sollicité par le Conservatoire dans le cadre du Life tourbières du Jura, le conseil municipal de Villeneuve-d’Amont a souhaité informer et consulter la population avant de s’engager dans une démarche de préservation de la tourbière communale. Ainsi, avec l’appui de l’ONF et du Syndicat mixte de la Loue, une sortie sur le terrain a été organisée en septembre, suivie en novembre d’une réunion publique. Ces dates ont été l’occasion de présenter aux respectivement 30 et 28 personnes présentes l’intérêt du site mais aussi les atteintes et les propositions faites pour le préserver.

Sylvain MONCORGÉ, Conservatoire d’espaces naturels de Franche-Comté

Retrouvez cet article et d’autres sur le site du LIFE tourbières.

Recherches au long cours pour la Loue

Chacun se souvient des épisodes de mortalité piscicole dans les eaux de la Loue, qui avaient défrayé la chronique au tout début de la décennie. Un sujet de préoccupation pour les autorités gestionnaires du territoire comme pour les scientifiques, qui depuis longtemps s’intéressent à la qualité des eaux comtoises.

logo actu univCliquer ici pour lire la suite sur le site d’actualités de l’Université de Franche-Comté