Archives de catégorie : haute-loue

Ornans : le ruisseau de la Bonneille bientôt restauré

Dans le cadre de ses compétences pour la préservation et la restauration des milieux aquatiques, et à partir de prospections de terrain et du diagnostic écologique réalisé par la Fédération de pêche du Doubs en 2012-2013, le Syndicat mixte de la Loue a décidé la mise en œuvre d’aménagement pour la restauration morphologique et écologique du ruisseau de la Bonneille. Cet aménagement cible le linéaire compris entre la confluence avec la Loue et la confluence du ruisseau de Vinchaud, soit un linéaire de l’ordre de 1800 m.

carte bonneille

Ce linéaire présente des altérations morphologiques plus ou moins importantes (traversée urbaine) avec à l’amont du secteur urbanisé des phénomènes d’érosion (incision du lit, érosions de berges) conduisant à une perte significative de son attractivité pour la faune piscicole et à son appauvrissement biologique (absence de connectivité latérale, apparition d’affleurement marneux, faciès d’écoulements peu diversifiés, …).

bonneille aval ruisseau de Vinchaud

Ruisseau de la Bonneille (aval ruisseau de Vinchaud)

L’objectif visé par le Syndicat mixte de la Loue sur ce linéaire consiste d’une part, à limiter voire stopper le processus d’incision observé (enfoncement du lit du ruisseau) et d’autre part, à renforcer son attractivité pour la faune piscicole (truite fario en particulier) et astacicole (écrevisse à pattes blanches), même si la population d’écrevisses présente sur le ruisseau de la Bonneille est aujourd’hui menacée ou affectée par la peste de l’écrevisse.

L’élaboration de l’avant-projet de restauration devra débuter courant juin pour un rendu prévu début 2019.

Comme pour l’étude précédente, ce projet devrait bénéficier du soutien financier de l’Agence de l’eau et du Département du Doubs au titre de leurs politiques en faveur de la restauration et de la préservation des milieux aquatiques, mais également du soutien technique de la Fédération de pêche du Doubs.

Diagnostic des affluents de la haute Loue

La Loue sur tout son parcours, reçoit les eaux de nombreux affluents issus pour la plupart de l’émergence du karst dont les plus importants sont la Brême, le Lison, la Furieuse et la Cuisance.

Pour ces affluents principaux, les collectivités disposent de données à travers différentes études et diagnostics. Toutefois, sur les affluents moins importants, les informations sont peu nombreuses ou relativement anciennes, voire inexistantes.

Ce manque ou l’absence de données ne permet pas d’en apprécier la qualité et leur potentialité d’un point de vue biologique et en particulier piscicole.

De plus, certains d’entre eux connaissent des altérations plus moins importantes (dégradation morphologique et de la qualité de l’eau) soit à la suite de travaux plus ou moins anciens, soit en raison des rejets directs ou indirects qu’ils subissent.

Sur plusieurs petits affluents situés sur la Haute vallée de la Loue et qui présentent un intérêt très fort en terme de zones de reproduction pour la truite notamment, l’étude projetée par le Syndicat mixte de la Loue consiste à établir, sur la base d’états des lieux et de diagnostics précis, un projet de programme d’actions pour la restauration hydromorphologique (continuité écologique et fonctionnalité).

Les ruisseaux pré-identifiés situés sur la Haute vallée de la Loue à l’amont d’Ornans sont les suivants :

  • ruisseaux de Raffenot et Vergetolle (également appelés « Bief Blanc » et « Bief noir »)
  • ruisseau d’Amathay
  • ruisseau de Norvaux
  • ruisseau de l’Eugney
  • ruisseau de Vau à Montgesoye

A  partir d’un état des lieux menant à un diagnostic de la situation actuelle, le prestataire  qui sera choisi devra élaborer et proposer un programme prévisionnel d’aménagement des ruisseaux permettant leur restauration ou leur amélioration morphologique, écologique et fonctionnelle.

Les actions qui seront proposées seront hiérarchisés par ordre de priorité au regard des bénéfices attendus pour les milieux aquatiques à court et moyen terme mais également au vu de leur faisabilité par rapport aux enjeux et usages riverains, contraintes locales et/ou foncières.

La consultation de bureaux d’études requise au titre du code des marchés publics est en cours et le choix du Syndicat mixte de la Loue  devrait intervenir avant la mi-juin.

Il est précisé, que cette étude devrait bénéficier du soutien financier de l’Agence de l’eau et du Département du Doubs au titre de leurs politiques en faveur de la restauration et de la préservation des milieux aquatiques mais également du soutien technique de la Fédération de pêche du Doubs.

Vidéo : plantation de haies pour la biodiversité… et l’eau

Visionnez le reportage vidéo d’Isabelle Brunnarius de France 3 Franche-Comté !

Dans le cadre d’un appel à projet « Biodiversité » lancé fin 2016 par l’Agence de l’Eau RMC, le syndicat mixte de la Loue a déposé un projet portant sur la restauration des continuités écologiques sur le territoire Loue-Lison. Deux secteurs du territoire sont concernés :

le plateau agricole d’Amancey : travaux d’implantation d’un réseau de haies et d’éléments fixes du paysage, avec un double objectif : restaurer les continuités écologiques et favoriser la biodiversité, et contribuer à l’amélioration de la qualité de l’eau par le maintien d’éléments fixes du paysage (enjeux relatifs à la fonctionnalité eau – sol – karst). Complémentairement à cette action menée sur le terrain en collaboration étroite avec la profession agricole et les propriétaires fonciers, il est prévu également un important volet de sensibilisation des scolaires et du grand public.

Les opérations de plantations sont prévues sur deux années et sont pilotées sur le terrain par la Fédération des chasseurs du Doubs (maître d’ouvrage de l’opération).

la moyenne vallée de la Loue (de Rurey à Rennes-sur-Loue) : mise en défens et restauration de la ripisylve et des habitats rivulaires. Cette action vise d’une part à restaurer par des plantations la ripisylve de la Loue et de ses affluents sur des tronçons identifiés comme dégradés et/ou déficients et d’autre part, à mettre en défens (pose de clôtures fixes, aménagements de points d’abreuvement) les linéaires fortement impactés par la pression de pâturage.

Cette opération sur les habitats rivulaires est portée par le syndicat mixte de la Loue et s’étale sur 3 ans.

Réseau QUARSTIC : la qualité des eaux à la loupe

Le réseau QUARSTIC a pour objectif de suivre en continu la qualité des eaux souterraines et de surface sur le Doubs, la Loue, et le Lison, en se focalisant sur les paramètres physico-chimiques et les nutriments.

Le nouveau Bulletin d’info présente une analyse des flux d’azote exportés dans les eaux pour le cycle hydrologique 2016-2017.

Les résultats du suivi temporel montrent qu’il existe certaines disparités dans l’impact des différents tronçons de rivière selon les périodes de l’année.

Un bilan annuel des flux pour chaque sous-bassin du réseau nous renseigne sur les unités hydrologiques où les exportations en nitrate sont les plus fortes, indiquant une augmentation des flux par unité de surface de plus en plus importante de l’amont vers l’aval du bassin.

Retrouvez le bulletin en cliquant ici

Réduction du budget des Agences de l’Eau : la Commission Locale de l’Eau réagit

Réunis en séance plénière ce 04 octobre à la salle des communes de SALINS LES BAINS, les membres de la Commission Locale de l’Eau Haut-Doubs Haute-Loue, présidée par Philippe ALPY, vice-Président du Département du Doubs et Président du Syndicat Mixte des Milieux Aquatiques du Haut-Doubs, ont voté une motion relative aux moyens des Agences de l’Eau.

Adressée au Ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas HULOT, cette motion fait état de l’inquiétude exprimée par la commission à l’annonce du cadrage budgétaire des Agences de l’Eau, qui découle du nouveau Projet de Loi de Finances 2018. Annoncé le 27 septembre dernier, le projet impose en effet aux Agences une réduction drastique de leurs budgets, et ce dès l’année prochaine.

L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, principal partenaire financier des opérations en lien avec l’eau et les milieux aquatiques sur notre territoire, se voit dès aujourd’hui, et pour les années à venir, contrainte à des arbitrages sévères. Les actions de lutte contre les pollutions, d’amélioration des réseaux, ou de restauration des milieux aquatiques, à commencer par celles prévues dans le Contrat de territoire Haut-Doubs Haute-Loue, pourraient en pâtir. En plus de l’impact sur la ressource en eau, on peut craindre des retombées directes sur le budget des collectivités et sur l’économie locale.

Cette fragilisation sans précédent des Agences de l’Eau intervient au moment même où les collectivités s’organisent pour l’exercice des compétences eau potable, assainissement, et de la nouvelle compétence GEMAPI. C’est pourquoi la Commission Locale de l’Eau affirme au Ministre son opposition ferme à l’augmentation des prélèvements de l’Etat dans le budget des Agences de l’Eau, lui demande la préservation du principe « l’eau paye l’eau », et la sauvegarde des moyens financiers et humains des Agences.