Travaux de réactivation des méandres de la Morte à la Cluse-et-Mijoux

Considérablement rectifié au moment de la construction de la voie ferrée qui traverse La Cluse-et-Mijoux, le tracé méandreux du ruisseau de « La Morte » a été amputé de près d’1/3 de son linéaire. De plus, avec les aménagements urbains, une partie des zones humides a été asséchées. Cela a eu pour conséquences de diminuer l’attractivité du cours d’eau pour les espèces, de diminuer les quantités d’eau disponibles, tout en augmentant le risque d’inondation en aval.

C’est dans ce contexte que s’inscrit l’intervention de l’EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue. Depuis plusieurs années les travaux menés ont pour objectifs d’associer restauration des cours d’eau et lutte contre les inondations en aménageant plus d’espace à la rivière et en permettant le ralentissement des écoulements.

Les travaux réalisés ont consisté à reprendre les anciens méandres qui avaient été abandonnés, en donnant au ruisseau un gabarit adapté au développement de la vie aquatique. Principalement réalisés en 2019, ils ont dû s’interrompre en octobre en raison d’un automne particulièrement humide, ne permettant pas l’intervention dans ces milieux fragiles. Une période propice au mois d’avril, avec peu de précipitations, a permis de terminer les travaux avec la remise en état des terrains en bordure du cours d’eau. Il s’agit plus particulièrement de favoriser la reprise de la végétation avant la période estivale. Sur un secteur ayant subi quelques dégâts à la suite des crues hivernales, des actions de comblement des ornières, de redirection des écoulements, d’apport de terre végétale ont été menées. Quelques travaux de finitions seront également réalisés, un peu plus en aval, dans un secteur urbanisé, dès cet été, lorsque le travail dans l’eau sera à nouveau autorisé.

Une autre phase de travaux est prévue en 2021, avec notamment un ouvrage de franchissement de la voie ferrée à créer, aujourd’hui à l’étude technique, afin de reprendre l’intégralité des méandres anciennement abandonnés.

btrhdr

Contrat de bassin Haut-Doubs Loue : une promesse d’actions

Le contrat de bassin est un outil contractuel spécifique à chaque sous-bassin versant, il est la déclinaison opérationnelle du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SAGE). Il précise pour chaque opération : le maître d’ouvrage, le coût prévisionnel, l’échéancier des travaux, le plan de financement et l’indicateur de suivi. En somme, ce contrat est un accord technique et financier, formalisant un engagement moral. Il est adopté par l’État, l’Agence de l’Eau et les collectivités territoriales concernées (communes, intercommunalités, départements) et animé par un organisme compétent.

Ainsi, ce contrat qui couvrira les bassins versants du Haut-Doubs et de la Loue, sera animé par l’EPAGE Haut-Doubs Haute-Loue et le Syndicat Mixte Doubs Loue. En effet, leur rapprochement permet de porter des actions sur le bassin de la Loue dans sa globalité : de sa source à sa confluence avec le Doubs, en incluant le secteur du Haut -Doubs en amont, qui l’alimente via les pertes du Doubs.

L’animatrice du contrat Haut-Doubs Loue recense actuellement l’ensemble des études et travaux programmés pour la période 2021-2023. Ces actions seront portées par les maîtres d’ouvrages, qui s’engagent à les mettre en œuvre sur cette période. En contrepartie, les partenaires financiers comme l’Agence de l’Eau, les Départements du Doubs et du Jura, priorisent les subventions pour ces dossiers.

Le contrat possède un comité de pilotage composé des signataires et de leurs partenaires techniques et financiers, adossé à la Commission Locale de l’Eau.

Le contrat de bassin Haut-Doubs Loue permettra, entre autres, la réalisation d’actions pour :

  • Réduire les pollutions en Nitrates et en Phosphore qui génèrent des phénomènes d’eutrophisation des cours d’eau, via l’amélioration des systèmes d’assainissement du bassin,
  • Restaurer des cours d’eau et des zones humides dégradés afin qu’ils retrouvent leur potentiel biologique et leur fonctionnement optimal,
  • Améliorer la gestion quantitative de l’eau sur le secteur Haut-Doubs, en poursuivant les programmes d’économies d’eau par l’amélioration des rendements des réseaux d’eau potable, afin de limiter les pertes lors de l’acheminement,
  • Sensibiliser aux bonnes pratiques d’économie d’eau et de réduction des pollutions par les produits chimiques des eaux du bassin.

Berges de la loue : fin des travaux de mise en défens

Le 10 Juin 2020 ont pris fin les travaux sur les berges de la loue sur les communes de Chouzelot, Lavans-Quingey et Quingey.

L’intervention de l’EPAGE a permis la pose de 5.5 km de clôtures, la création de 8 points d’abreuvements et la plantation de près de 3000 arbres. Ces travaux ont été confiés à France Clôture Environnement et aux Chantiers Départementaux pour l’Emploi d’Insertion. D’ici la fin de l’année des boutures de Saule viendront compléter ce dispositif.

Ce projet d’envergure a pour objectif d’initier l’implantation d’une ripisylve, écosystème riche de boisements de berge, et de limiter l’accès au bétail à la rivière. Ainsi on évite le piétinement des berges, la pollution de l’eau par les déjections et les traitements antiparasitaires. De plus, il s’inscrit dans les missions de de l’EPAGE, et fait suite à une première phase de travaux similaires, sur 3 parcelles publiques situées à Quingey, Rennes/Loue et Champagne/Loue.

Les travaux de « mise en défens » des berges (=restauration) ont été financés par l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse et le FEADER dans le cadre de l’appel à projet « investissements non-productifs en faveur des milieux aquatiques » ainsi que l’appel à projet « biodiversité ». Ces travaux ont été réalisés avec l’accord des propriétaires et exploitants agricoles.

photo ripisylve 2(Photo prise en cours de travaux : point d’abreuvement)